Main conso vert

Conso' Vert - Mai 2019

Supplément gratuit au magazine Spectacles, retrouvez régulièrement des conseils en jardinage, nos rubriques habitat, alimentation, santé, déplacements, des conseils éco-consommation et éco-formation, ainsi que les évènements majeurs en lien avec l'écologie d'aujourd'hui.

sante

 

Challenge zério alcool : qui relèvera le défi ?

zero-alcool

Depuis plusieurs mois en France, on note des communications opérées autour de notre consommation d’alcool, qui semble être excessive. En effet, selon l’organisme Santé publique France, un quart d’entre nous consomme trop. Tandis que la «norme» limite est de 10 verres standards par semaine, soit pas plus de 2 verres standards par jour, tout en observant chaque semaine des jours zéro consommation. L’alcool, il est vrai, est l’une des principales causes de mortalité évitable en France (41.000 décès lui sont attribuables chaque année). Entre mauvaises habitudes de vie ancrées et réflexe du «allons prendre l’apéritif» ou «on va boire un verre» ou encore «on va fêter ça !», les occasions de trop boire sont nombreuses. Mauvaise nouvelle également, si les plus jeunes consomment moins régulièrement que leurs aînés, c’est plus intensément. Alors, pour réduire sa consommation excessive d’alcool et éviter de tomber prématurément malade, il faut savoir prendre conscience de ses habitudes de vie, savoir refuser «le dernier pour la route» et boire, certes, mais modérément. Boire pour le plaisir, pour savourer, et non pour se désinhiber. A noter, enfin, un mouvement qui commence à émerger dans la population, celui du «zéro alcool». Certaines personnes témoignent sans complexe avoir constaté une meilleure qualité de vie, une perte de poids et un meilleur moral en ne consommant plus d’alcool… Tout en faisant fi des regards interrogateurs et soupçonneux. À méditer !.

 

alimentation

La chasse à l'ail des ours est ouverte !

ail des ours

Appelé aussi «ail des bois «, ou «ail sauvage», il se niche dans les sousbois humides, à partir du mois d’avril. Ressemblant (de loin) à des tapis de muguet (avec qui il ne cohabite cependant pas du tout, ce dernier étant toxique), l’ail des ours fait le plaisir des cuisiniers… Et pour cause ! Légèrement parfumé, c’est une plante sauvage à la saveur douce et authentique. Sa feuille n’est pas épaisse et lorsqu’on la frotte, elle dégage un fort parfum d’ail. Les feuilles les plus tendres sont les meilleures à consommer, surtout crues. Pour les récolter et les préserver, optez pour un sac naturel en toile ou en coton. Vous pouvez prélever quelques bulbes et les planter si vous avez un jardin ombragé, ils repousseront l’année suivante. Avant de le déguster dans différentes préparations, lavez bien les feuilles, finement hachées. Les fleurs accompagneront délicieusement salades, asperges et pourront être incorporées dans une mayonnaise ou du beurre. Cuites, les feuilles seront rajoutées à tous les plats, mais toujours en fin de cuisson, et peuvent se consommer comme des épinards et avec des pâtes, par exemple. Enfin, vous pouvez fabriquer votre pesto à l’ail des ours composé de feuilles, de pignons de pin, d’huile d’olive et de parmesan. Bonne dégustation et bonne chasse à l’ail des ours !.