Main conso vert

Conso' Vert - Avril 2019

Supplément gratuit au magazine Spectacles, retrouvez régulièrement des conseils en jardinage, nos rubriques habitat, alimentation, santé, déplacements, des conseils éco-consommation et éco-formation, ainsi que les évènements majeurs en lien avec l'écologie d'aujourd'hui.

alimentation

 

Du curcuma chez moi !

curcuma

Connu pour ses bienfaits antioxydants et anti-inflammatoires, le curcuma, on le sait moins, est très facile à faire pousser chez soi, en pot ou en pleine terre. Originaire d’Asie du Sud-Est, le curcuma se cultive à partir de son rhizome - sa racine -, tout comme le gingembre d’ailleurs. La plantation de la variété “curcuma longa” - que l’on trouve dans les épiceries orientales ou bio, s’effectue entre les mois de février et de mai. Pour débuter la culture, placez les rhizomes dans le fond d’une coupelle remplie d’eau, mais attention, sans les immerger totalement. Rapidement, des racines et des tiges vont apparaître, marquant le moment du rempotage dans un contenant rempli de terreau. Inutile de trop arroser, sous peine de faire pourrir votre plantation. Dans le jardin, attendez la fin des gelées pour planter les rhizomes en pleine terre, et dans un emplacement semi-ombragé. Tout comme en pot, il faudra arracher la plante lorsqu’elle sera asséchée afin de procéder à sa récolte et mettre quelques rhizomes au sec pour l’an prochain car, après son cycle de végétation, la plante va entrer en période de dormance, souvent vers les mois d’octobre ou novembre… Le curcuma se consomme frais, en râpant les rhizomes, et se conserve au réfrigérateur quelques jours. Afin de le garder plus longtemps, il faut le réduire en poudre. Pour cela, il faut porter les rhizomes à ébullition pendant 20 minutes, retirer la peau, couper en lamelles, laisser sécher puis passer au blender. À conserver dans un pot hermétique, à l’abri de la lumière.

 

animaux

Pas de viande crue pour nos animaux domestiques

chien

Les propriétaires de chats ou de chiens pensent souvent faire plaisir, voire faire du bien, à leur animal en lui donnant de la viande crue, estimant que ce régime est meilleur que les croquettes ou les pâtées industrielles. Cette vision est erronée. En effet, nourrir son chien ou son chat de produits carnés crus n’est pas une habitude sans risque, loin de là, non seulement pour l’animal lui-même mais également pour “son” humain ! Les chercheurs ont observé que la viande crue contient de nombreuses bactéries, telles des variétés de Listéria (qui provoquent des problèmes neurologiques, des avortements spontanés) et de Salmonelle (diarrhées, empoisonnement du sang), sans parler des parasites qu’ils ont également détectés. Résultats ? Des animaux qui développent des problèmes d’estomac, de thyroïde, de dents… sans parler des vers ! Et si les conditions d’hygiène ne sont pas strictement respectées, en portant des gants par exemple, l’homme peut lui aussi contracter des bactéries et tomber malade. Enfin, les chiens et les chats qui consomment de la viande crue depuis toujours attrapent souvent des “super bactéries”, très résistantes aux antibiotiques… Un problème qui ne toucherait pas les aliments transformés.